Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted on Nov 24, 2013

Roadtrip en Italie

Roadtrip en Italie

Pas besoin d’aller loin si vous voulez vous faire plaisir en voyage. L’Italie, malgré sa petite taille, est le pays qui possède le plus de site dans le patrimoine mondial de l’UNESCO du monde. Alors, si vous voulez faire un long week-end prolongé en Italie (4-5 voire 6 jours), en mode itinérant, voici une petite idée de voyage que je vous suggère. Libre à vous ensuite d’adapter votre voyage et de visiter ou non les lieux proposés si vous pensez ne pas avoir le temps de tout voir.

Notre parcours : Nancy-Pise-Viareggio-Rome-Florence-Venise-Jésolo-Vérone-Berlin-Nancy. Place au récit de voyage. Nous allons voir les deux premières étapes de mon voyage.

Jour 1 : Le grand départ

Avec plus de 2 heures de retard, nous partons de Nancy à 9h du matin direction Pise. Un long trajet de 850 km en passant par la Suisse. Je devrais conduire seul, ma copine n’ayant pas le permis. Cela nécessitera 15 heures de route en tout, car je roule assez lentement, on s’arrête souvent, on a pris un auto-stoppeur de Suisse jusqu’à Pise (on a fait un détour pour le déposer à Livourne, près de Pise), et on a grillé 2 heures au soleil près du Gothard à cause d’un accident dans le tunnel.

Mes moments préférés : le pique-nique du soir, assis dans l’herbe dans une zone industrielle entre une station service, un Mc Donald’s et un garage automobile, assis à côté d’une poubelle. Puis la petite route nationale si sinueuse entre Parme et La Spezia que j’ai failli en attraper le mal de mer et regretté de ne pas avoir pris l’autoroute.

Vers minuit, on dépose l’auto-stoppeur à Livourne, à 20 km de Pise, et on retourne à Pise direction le camping, où on plante notre tente en moins de 5 minutes. Vive les tentes 2 secondes made in Quechua.

Jour 2 : Pise

En ce premier jour, nous nous reposons de la route de la veille puis nous nous rendons dans le centre-ville de Pise, où nous visitons la place des Miracles (piazza dei miracoli), connues pour abriter la fameuse tour penchée de Pise.

Logo de la tour de Pise sur un parking de la ville

Place des miracles, abritant le baptistère (en premier plan), le duomo (cathédrale, en second plan) et le campanile penché (tour de pise), construit pour permettre de sonner les cloches de l’Eglise.

 

Mais au fait, savez-vous pourquoi la tour est penchée ?

Car la tour est trop haute par rapport à sa largeur et a de faibles fondations. Le sol étant sableux – Pise est à 2 mètres d’altitude et non loin de la mer – il est donc instable et la tour a penché d’1 mm supplémentaire tous les ans. En 1993, menaçant de s’effondrer, les Italiens, soucieux de préserver le patrimoine et la manne touristique ont redressé la tour de Pise pour qu’elle tienne au moins 300 ans. A raison de 2 millions de touristes par an, 600 millions de touristes déverseront leur argent sur la ville. Si chacun dépense 100 euros, la restauration de la tour a préservé 60 milliards de revenus à la ville. Pas mal pour des travaux qui ont coûté 28 millions d’euros. Certes, c’est un calcul simpliste et sans doute optimiste, mais vous avez saisi l’idée.

Elle est jolie, cette tour, vous ne trouvez pas ? Elle est entièrement fabriquée en marbre blanc, sans doute de Carrare, petite ville située à proximité où est exploité le marbre depuis l’époque romaine.

On est même monté en haut de la tour, moyennant 15 euros chacun. Une expérience intéressante : une vue magnifique sur la ville en haut (la tour culmine à entre 55,9 et 56,7 mètres de haut selon le côté, soit à peu de choses prêt le premier étage de la Tour Eiffel qui est à 57 mètres), et la sensation d’être ivre en grimpant les escaliers, eux aussi penchés…

Pise ne se limite pas à la tour de Pise

Suivant notre ami Pareto, lui aussi Italien, 20% des lieux touristiques reçoivent 80% des touristes. Bref, nous nous sommes aussi éloignés de la tour pour visiter le Duomo, magnifique : une cathédrale faite de marbre, plein de sculpture renaissance et de dorures.

Après cette journée intense, direction un petit resto du centre-ville, où pour 10 euros chacun, nous avons avalé une délicieuse pizza Margherita, un tiramisu et un pichet d’un demi-litre de vin. Sympa non ?

Jour 3 : Viareggio

Histoire d’aller en bord de mer, nous nous rendons en train – la gare est elle aussi construite entièrement en marbre blanc – à Viareggio, une petite ville côtière à 30 km de Pise. Notre principale déception : des kilomètres de plages privées et une plage publique large d’environ 20 mètres. La journée sera une journée de bronzette, de gelatis –glaces artisanales et de bière Moretti (qualita e tradizione).

La mascotte du carnaval de Viareggio

Un des innombrables petits véhicules à 3 roues roulant en ville…


Jour 4 : Rome

Aujourd’hui, nous partons pour Rome. Nous achetons en supermarché de la bonne nourriture italienne pour le pique-nique – jambon cru de Parme, fromage, olives, tomates, kinders bueno – et direction Rome, par la route nationale – ma copine n’aimant pas la vitesse de l’autoroute, la vue est plus sympa et cela évite de devoir payer un péage.

Tous les chemins mènent au à Rome

Un voyage assez long – un peu plus de 5 heures pour 300 kilomètres – dans un paysage de rêve : palmiers, fleurs, mer, 30°C à l’ombre. Ma copine rêve de ce paysage, loin de son Danemark où les températures estivales culminent à 20 degrés…

Hôtel à Rome

Ayant un budget vacances assez maigre (j’ai aussi du payer dans le même temps la Thaïlande, les suppléments bagages de mon déménagement USA > France et les frais de transport pour 2 entretiens d’embauche) et Rome étant très touristique, nous avons cherché à l’avance via Expedia et Venere un hotel a Rome et nous avons trouvé un hôtel 4 étoiles sympa: le Pineta Palace, à 20 minutes de bus du centre-ville, pour 50 euros par nuit… Depuis notre terrasse, on avait en guise de vue le toit de la basilique Saint Pierre de Rome.

Nous arrivons en début de soirée à notre hôtel, puis nous nous rendons dans le centre-ville pour nous faire un petit resto. Nous visiterons quelques palais…

Désolé pour ma tronche en premier plan, c’est les seules photos non-floues que j’ai obtenues…La première photo est le château Saint Ange, la seconde une fontaine Piazza Navona

Puis nous nous rendons direction la fameuse place Piazza Navona, remplie de dessinateurs en tous genres – peintres utilisant des sprays de peinture, des dessinateurs, caricaturistes, tous vendant leur œuvre 10 euros.

Puis direction la fontaine de Trévi, une majestueuse fontaine. Immense, entièrement en marbre. Conçues en 1723 et alimentée par un aqueduc, la fontaine représente le char de Neptune conduit par des chevaux et des tritons marins.

Puis nous retournons à notre hôtel. Les métros de Rome étant fermés, à notre grande surprise, dès 21h, à cause de travaux, nous devons prendre un bus nocturne et, mon amie ne voulant pas rentrer en taxi à mon désarroi, on finit les 2 derniers kilomètres à pied – seuls, dans des rues sombres, à 2 heures du matin. On est heureux d’arriver sains et saufs à l’hôtel.

Au cours des prochains articles, je vous détaillerai ce que j’ai vu à Rome, Florence, Venise et Viareggio. De nombreuses photos, d’articles, de culture, d’histoire et de conseils en perspective. Qu’avez-vous pensé de cet article ?

Source: http://www.candix.fr/2011/07/escapade-en-italie/

 

1 Comment

  1. Approchant à grand pas, les fêtes de fin d’années en france est une moment spécial.On découvre des ville avec des illuminations à chaque balcon et fenetre. De plus des animations et des spectacles de sons et lumières sont également proposés sur chaque bâtiment.Je vous invite à visiter les villes pendant cette période. J’ai mis quelques photos sur mon carnet de voyage avec le détail des visites à ne pas manquer.

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comments links could be nofollow free.